Opération à coeur ouvert pour notre vedette

Dernière modification le: 03 février 2019

Lundi 18 août 2014

Opération à coeur ouvert pour notre vedette le Doyen VI, qui va recevoir dans quelques jours, deux nouveaux moteurs de marque YANMAR flambants neufs, afin de remplacer ceux d'origine, des VOLVO PENTA, après 25 ans de bons et loyaux services.
Grâce à l'appui de notre Commune (voir article de presse à ce sujet ainsi que le préavis municipal), Le Doyen à la chance de pouvoir moderniser sa vedette d'intervention et ainsi lui donner une seconde vie et on l'espère tous, pour les 25 ans à venir.
Adjugé à une entreprise locale de notre Commune, les travaux préparatoires ont débuté par la commande des deux nouveaux moteurs qui ont été livrés au début du mois et que nous découvrons aujourd'hui.

 

 

 

Yanmar 6BY3-220

Compacts, légers, silencieux et fiables tels sont les caractéristiques de la nouvelle série 6BY3 des moteurs marins YANMAR.

 

 

Basé sur un moteur diesel 3,0 litres BMW, ce moteur turbocompressé est très léger en raison de la technologie BMW bloc-cylindres en aluminium. Ce moteur à commande électronique est efficace, souple et silencieux, avec un grand rapport puissance/poids.

Spécifications du moteur

Modèle 6BY3-220
Puissance 162 kW / 220 mhp
Vitesse de rotation 4000 tr/mn
Cylindrée 2.993 litre
Cylindres 6 en ligne
Alésage 84 mm x 90 mm
Poids 328 kg

Les moteurs diesel YANAMR ont un poids similaire à ceux à essence d'une capacité équivalente, et produisent un taux d'accélération semblable.

Quelques caractéristiques intéressantes

  • Un alternateur de 150A pour fournir un maximum de puissance aux équipements électriques embarqués.

  • Toutes les données du moteur peuvent être lues et affichées par une grande variété d'appareils électroniques, grâce au bus de sortie CAN (Controller Area Network) et au protocole NMEA 2000.

  • Un connecteur de services pratique permet de réaliser l'entretien de routine ou gérer les réparations imprévues.

  • Quatre soupapes par cylindre permettent un meilleur mélange air/combustible, offrant plus de puissance et moins d'émissions.

  • La fonte d'aluminium du carter d'huile augmente la durabilité et permet d'améliorer la dissipation de la chaleur.

  • Un carénage de sécurité offre une protection complète des courroies et des pièces en mouvement.

  • Le contrôle électronique total augmente l'efficacité et réduit les émissions.

  • Une peinture de haute qualité à base d'uréthane protège les surfaces contre la rouille.


Lundi
25 août 2014

Ça y est, c'est parti, la remotorisation de notre vedette a démarré aujourd'hui.
Non seulement les moteurs seront changés, mais en plus, le tableau de bord serra complètement relooké. Ainsi seront installés de nouveaux appareils modernes, composés d'instruments de localisation, de détection et de navigation, pour l'efficacité de notre mission mais aussi pour la sécurité de nos équipages.

 

 

 

Mardi 26 août 2014

Démontage des anciens moteurs et nettoyage de la cale.

 

Une dernière vue de la cale avec les anciens moteurs, puis vide, sans eux.

 

Du jamais vu: un triporteur avec un moteur de 165 ch.

 

Comparatif de taille des deux moteurs.
On constate bien l'évolution technologique du nouveau moteur (en gris-noir), avec un encombrement nettement plus faible, donc un poids en baisse pour une augmentation de puissance de 55 ch par moteur.

 

Mercredi 27 août 2014

Quelques belles vues de la finition parfaite des magnifiques moteurs Yanmar avant leur montage.

 

Ci-dessous, première présentation du nouveau moteur sur le berceau d'origine, qu'il va falloir adapter aux dimensions différentes des Yanmar.

 

 

Mercredi 3 septembre 2014

Ci-dessous, une pièce importante de la transmission, l'aquadrive: un système anti-vibration.
En isolant le moteur du reste du bateau, le bruit et les vibrations sont fortement réduits. L'aquadrive va donc aider à maintenir la *chaîne cinématique (*ensemble des éléments mécaniques du bateau permettant la transmission du mouvement du moteur à l'hélice) en bon état en minimisant l'usure et la détérioration de la transmission et des bagues hydrolubes.

 

Dans les installations traditionnelles, l’alignement de l’arbre d’hélice et du moteur doit être précis et être soumis à un entretien périodique. Des supports rigides transmettent de fortes vibrations à la coque même lorsque l’alignement est parfait.

 

Avec le système aquadrive, le moteur peut être installé dans une position horizontale en utilisant des supports souples et performants. À côté d’une installation aisée et d’un alignement permanent, ceci entraîne une meilleure utilisation de l’espace tout en réduisant énormément les vibrations et le bruit.

 

 

 

A. Les supports souples du moteur l’isolent de la coque.
B. L’arbre d’entraînement homocinétique absorbe les vibrations du moteur et élimine la nécessité d’un alignement précis.
C. L’unité de poussée sur la section de la coque supportant la charge réduit la tension sur la transmission et les supports du moteur. L’arbre de transmission pousse le bateau et non le moteur.

Les anciens instruments du tableau de bord et les nouveaux (montés en version provisoire).

 

Première mauvaise surprise.

Lorsqu'on décide de faire de gros travaux comme le changement des moteurs d'une vedette de 30 ans, on n'est pas à l'abri de découvrir des problèmes insoupçonnés, comme par exemple dans le cas de notre bateau, la contamination des réservoirs.
Notre vedette est équipée de deux réservoirs inox de 200 litres de diesel (ci-dessous à gauche). Ils sont complètement fermés et étanches. Pourtant, comme le montre la photo de droite, notre diesel qui devrait être transparent, est brun foncé, témoignant ainsi d'une contamination bactérienne.

 

Sur l'image ci-dessous, à gauche du diesel contaminé, à droite pas.

 

Mais comment est-ce possible? C'est le résultat de la présence d’eau dans le gasoil.

L'eau provient principalement de trois sources :

  • l'eau de condensation qui se produit dans les différents réservoirs de stockage (non pleins), à cause de la différence de température, il faudrait maintenir constamment plein les réservoirs pour éviter ce phénomène.
  • l'eau introduite accidentellement par le nable lors du remplissage du réservoir du bateau (sous la pluie par exemple).
  • l'eau introduite par le nable lorsque celui-ci une fois refermé, n’est plus étanche à cause d’un joint défectueux (nos deux bouchons de réservoirs se trouvent à même le pont).

Il se produit au contact de l’air et de l’eau de condensation, une prolifération de bactéries / levures / moisissures qui modifient la structure chimique des molécules d’hydrocarbures qui constitue le fuel. Ainsi, du fuel + bactéries + air + eau + température = GOUDRONS
Ce problème s’est accentué depuis 2004, car suivant la nouvelle législation en vigueur en Europe, un raffinage plus fin doit retirer tout le soufre contenu dans le pétrole brut (dommage ! car celui-ci était l’ennemi naturel des micro-organismes) et aussi, semble-t-il, à cause de l’ajout de bio-diesel d’origine végétale.

Les conséquences liées à la présence de cette boues dans le diesel est qu'elle passe entre les mailles des filtres, pouvant occasionner des grippages des pompes à injection et des injecteurs, mais aussi de gros problèmes de combustion. Ces fines particules de boue forment des barrières qui empêchent le mélange oxygène et les micros gouttelettes de carburant : c’est la création d’imbrûlés qui forment la calamine et les fumées noires.

Il est donc nécessaire pour protéger nos nouveaux moteurs (qui rappelons-le ne sont plus des diesels de camions, mais bien de voitures, plus sensibles et plus délicats), par une décontamination des réservoirs pas facile à réaliser et également onéreuse.

 

Dans un réservoir, pour éviter l'inertie du ballotement du carburant et provoquer des déséquilibres durant la navigation, celui-ci est compartimenté.
Pour effectuer un nettoyage complet, souvent au Karcher à haute pression, afin de décoller le goudron accumulé sur les parois, il faut pratiquer une série de trous dans chaque compartiment, procéder au nettoyage minutieux, puis reboucher et ressouder les orifices pratiqués.

Mardi 9 septembre 2014

 

Une partie des nouveaux instruments sont montés pour pratiquer dans quelques temps, la mise en route et les tests, avant le design définitif du nouveau tableau de bord.
Nouvelles manettes des gaz aussi, à commandes électriques, un grand changement par rapport aux anciennes mécaniques à câbles.

Mercredi 8 octobre 2014

Tous les nouveaux instruments sont à présent montés pour les premiers essais. Ci-dessous une comparaison entre les anciens et les nouveaux.

 

Les berceaux sur lesquelles vont être montés les nouveaux moteurs ont été modifiés, afin de les adapter aux nouvelles dimensions des Yanmar. Ci-dessous une vue des anciens et nouveaux supports.

 

Les deux réservoirs de 200 litres chacun sont de retour de nettoyage après leur décontamination et sont installés à nouveau, à leur emplacement d'origine, sous le pont arrière.

 

Une vue en détails de la fixation d'un moteur sur ses silentblocs.

 

Et enfin.......! les premières images de nos deux moteurs fixés définitivement à leur emplacement.

 

Dimanche 12 octobre 2014

En attendant la remise à l'eau pour les premiers essais, on a procédé durant plusieurs heures, à un lifting extérieur en polissant la coque et en appliquant une couche d'antifouling sur la flottaison.
Le résultat est spectaculaire, sur la photo de la proue, le côté bâbord est polishé et beau brillant, tandis que le côté tribord ne l'ai pas encore.

 

Vendredi 31 octobre 2014

Le retour sur l'eau pour notre vedette après le montage des nouveaux moteurs pour les premiers essais.

 

En prime, le nouveau bruit des YANMAR au démarrage  (mettre du son)


Lundi 1 décembre 2014

Premiers essais des moteurs..... I M P R E S S I O N N A N T !   (mettre du son)

Vendredi 5 décembre 2014

Voici la vitesse atteinte durant les essais des moteurs par le chantier naval.
Pas mal pour une vedette de 5 tonnes.

 

Société de Sauvetage "Le Doyen" - Case postale 167 - 1814 La Tour-de-Peilz  - latour-de-peilz@sisl.ch